Louis et la perte de Courville

Nous retrouvons le « clan » de Théodore, en ce début des années 1620. Son fils aîné Louis des Ligneris est devenu chambellan dHenri II de Bourbon-Condé en 1623.

Henri II de Bourbon-Condé, par François Clouet en 1618

Henri II de Bourbon-Condé, par François Clouet en 1618

Une présentation de ce prince s’impose, tant sa destinée fut mouvementée, dès sa naissance : il est en effet né en prison, fils posthume d’Henri Ier de Condé, car sa mère était accusée d’avoir empoisonné son mari, décédé brusquement et sans cause apparente en 1588. En raison des amabilités de sa mère envers un page, la filiation d’Henri II n’est pas reconnue comme légitime. Son statut reste indéterminé pendant plusieurs années, alors qu’il est en principe « premier prince du sang », héritier de la couronne après son proche cousin le roi Henri IV si ce dernier mourrait sans enfant mâle. En 1596, sur l’insistance de plusieurs Grands, et sous la condition de se convertir au catholicisme, sa mère est libérée par Henri IV, acquittée, son fils légitimé, et le jeune Henri II intègre la Cour avec le statut d’héritier présomptif.

Après la naissance du fils d’Henri IV en 1601 (futur Louis XIII), Henri II grandit dans l’indifférence générale. Réputé homosexuel, il est sommé par le roi d’épouser Charlotte de Montmorency, dont le roi s’est épris, pour devenir un mari complaisant. Il obéit en 1609. Néanmoins sa femme ne cède pas aux avances du roi, et ces dernières finissent par rendre jaloux le prince qui enlève sa propre femme début 1610 pour s’enfuir à Bruxelles, aux Pays-Bas espagnols !

Henri IV est furieux. Craignant une invasion française, le gouvernement de la province « ibérique » n’autorise que le séjour de sa femme. Henri II poursuit sa fuite jusqu’à Cologne. La situation, comparée à celle d’Hélène de Troie, dégénère entre la France et l’Espagne, au point qu’Henri IV envisage une guerre. Mais la mort du roi en mai stoppe les velléités d’affrontement.

Le prince de Condé revient en France, la régente lui offrant une place privilégiée. Mais jaloux du favori Concini, il devient dès 1613 le principal opposant politique de la reine-mère. Un accord formalisé par un traité en 1616 le place Chef du Conseil de Régence. Néanmoins Richelieu se méfie de lui et le fait arrêter en plein Conseil la même année. Emprisonné à la Bastille puis à Vincennes, il est bientôt rejoint par sa femme. Là, elle accouche de deux enfants morts-nés, puis d’un fille en 1619, la future duchesse de Longueville qui jouera un rôle important lors de la Fronde de 1648. Curieux clin d’œil de l’histoire envers ce prince qui était lui-même né en prison…

Libéré fin 1619 par le jeune Louis XIII qui avait pris le pouvoir de force en 1617, comme nous l’avions vu, le prince Henri II devient un fidèle serviteur du roi.

C’est dans ce contexte que Louis des Ligneris devient son chambellan en 1623. Un beau poste, auprès d’un prince pour le moins turbulent, mais qui est l’un des plus en vue du royaume. Loin d’être anecdotique, cette situation va causer pour Louis la perte de Courville.

Le coup de tonnerre éclate en 1629 : après plusieurs années de pressions et de tractations, Louis vend sa terre de Courville à Maximilien de Béthune, plus connu sous son titre de duc de Sully. Pour autant, la situation mérite quelques explications.

Maximilien de Béthune, duc de Sully

Maximilien de Béthune, duc de Sully

Sully, militaire et ancien compagnon d’armes d’Henri IV, était devenu l’un des plus proches conseillers du roi. Il a exercé plusieurs ministères, dont celui des finances, au cours duquel il a considérablement redressé la situation du royaume. Après l’assassinat d’Henri IV en 1610 (qui était d’ailleurs en route pour venir voir Sully malade à son domicile parisien lorsqu’il a été poignardé par Ravaillac), Sully a siégé au Conseil de Régence. Mais en complet désaccord avec la Reine-mère Marie de Médicis, il a démissionné de presque toutes ses fonctions.

Sully avait déjà acheté le magnifique château de Villebon en 1607, situé près de Courville, mais n’y avait vraiment résidé qu’à partir de 1621. C’est à ce moment qu’il a cherché à se constituer par achats successifs une véritable seigneurie dans le Perche. Le prince Henri II de Bourbon-Condé1 lui vend la ville voisine de Nogent-le-Rotrou en 1624. Or ce prince est celui dont Louis des Ligneris est chambellan, c’est son employeur. Il est donc très raisonnable de penser que Louis n’a pas eu le choix. Sa baronnie de Courville est une victime collatérale de l’accord conclu entre le prince de Condé et le duc de Sully. Probablement soumis à une très forte pression, le petit baron ne pesait rien face à ces deux puissantes figures du royaume.

En explorant un peu plus loin les entrelacs de cette affaire, il est intéressant de noter que le prince Henri II tenait Nogent-le-Rotrou de l’héritage de son père Henri Ier de Bourbon-Condé, qui se partageait alors Nogent avec son demi-frère Charles, comte de Soissons, dont le chambellan n’était autre que Théodore des Ligneris jusqu’en 1607… Charles étant mort en 1612, Henri II avait alors récupéré la totalité de la suzeraineté sur Nogent.

C’est donc par Louis des Ligneris que la baronnie de Courville quitte le giron familial. Il perd ce domaine qui fut transmis à l’intérieur de génération en génération, et par alliances successives, sans jamais être vendu pendant six siècles au moins.

Il semble que Louis ait tout de même conservé le titre de baron de son vivant, sous une forme de co-seigneurie avec Maximilien de Béthune. En effet, le Chapitre (c’est-à-dire l‘assemblée des chanoines de la Cathédrale de Chartres) fait aveu2 « aux barons de Courville : Louis des Ligneris, François et Maximilien-Alpin de Béthune, et Catherine de la Porte, veuve de M.-A. de Béthune. »

De la même façon, un certain Jacques de Renty avec d’autres seigneurs et dames du fief de la Henrière (paroisse de Chuisnes), font aveu3 à « Louise de Vieuxpont, veuve de Perceval (Parseval) de Billy, Louis des Ligneris et François de Béthune, seigneurs et dames de Courville. »

C’est à cette époque également que Louis et sa femme se séparent. Son frère Geoffroy, chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, meurt à Malte.

Le plus jeune des fils restants, Albert, se marie4 le 31 mai 1631 avec Geneviève de Laurent (Lorent). C’est un mariage tardif car il a environ 35 ans. Ses beaux-parents sont Geneviève Langlois et Jacques de Laurent, seigneur de Douceré, vicomte de Châteauneuf-en-Thymerais. Albert possède quant à lui les petites châtellenies de Saint-Jean-de-la-Forêt et Beauvais-en-Gâtine.

Son père Théodore des Ligneris s’éteint à 81 ans le 4 juin 1634 à Fontaine le Guyon. Il a eu le temps de voir la naissance du premier enfant d’Albert, prénommé François. C’était, de son vivant, son seul petit-fils – mais pas encore celui qui continuera la lignée…

Après la génération de Théodore, les possessions familiales se trouveront dispersées aux quatre vents. Tous les efforts déployés depuis 1460 pour acquérir des terres, par alliance ou par achat, sont réduits à néant. Chaque génération avait pourtant réussi à augmenter le domaine familial. Et cela malgré une première rupture, marquée par la fin de la branche aînée constituée par Michel et son fils René, ce dernier étant mort sans héritier. Michel avait emporté avec lui la plupart des terres de ses aïeux, rien n’étant misé sur les autres fils. Mais le cadet Jacques s’étant révélé un brillant homme de lettres, magistrat fameux et diplomate réputé, sa fortune avait permis de reconstituer quelque domaine. Son fils Théodore avait subit une nouvelle discontinuité familiale puisqu‘il ne connut pas son père, mais il avait hérité de ses terres, auxquelles il ajouta celles obtenues par son mariage et, grâce à sa position dans les sphères proches des princes, par de nombreuses acquisitions.

Pourtant, voilà qu’avec onze enfants, il doit séparer les biens pour doter ses cinq filles, et fournir à ses fils de quoi exister socialement et matériellement. Bien sûr, il a conservé pour l’aîné le domaine principal, Courville et le titre de baron qui y est associé, mais l’absence d’héritier mâle et finalement la vente forcée de ce fleuron achèvent la dispersion des terres familiales. Son autre fils Jacques n’ayant pas non plus de garçon, ses biens partent dans les dots de ses filles. Albert qui est l’un des plus jeunes fils n’a reçu que des terres secondaires. Il récupérera aussi, peut-être par leg de son frère, le château de Fontaine-la-Guyon qu’affectionnait beaucoup son père. Mais c’est pour la famille un nouveau démarrage, où Albert et ses successeurs vont devoir tout rebâtir.

1Pour plus de détails sur la vie tumultueuse d’Henri II et son impact sur la politique nationale, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_II_de_Bourbon-Cond%C3%A9

2 Archives Départementales de Chartres, document G1631.

3 Archives Départementales de Chartres, document E1429.

4 L’acte de mariage est passé devant Germain Nasse, notaire à Châteauneuf-en-Thymerais.

Beaucoup de fils, peu d’héritiers

Théodore et Françoise des Ligneris furent les parents de onze enfants, dont les dates de naissance ne sont pas connues, mais qui s’échelonnent probablement de 1578 (un an après leur mariage) à la fin des années 90.

Dans les années 70, la seule famille de Théodore est sa sœur Jeanne. Mariée à Claude du Puy, seigneur du Coudray et baron de Bellefaye, elle a emporté avec elle, en dot, les terres de Crosnes et d’Etioles qui venaient de leur mère. Jeanne sera veuve tôt, en 1576. Comme son frère aîné qu’elle n’a jamais connu, qui s’appelait lui aussi Claude, son mari est décédé à Rome – et comme son frère, il est enterré dans l’église Saint-Louis-des-Français à Rome. Néfastes coïncidences.

Sa fille homonyme Jeanne (pendant plusieurs siècles la plupart des filles de la famille sont prénommées Anne ou Jeanne) sera la seule proche cousine des enfants de Théodore. Elle épousera Monsieur de Saint Gelais Lusignan ; puis en secondes noces Préjean de la Fin, vidame de Chartres.

Le premier fils de Théodore et Françoise se prénomme Jean-Baptiste, il sera suivi par Louis, Jacques, Jeanne et Marie dans les années 1580. Puis Albert, Geoffroy, Angélique, Jacqueline, Lucrèce et Charles dans les années 1590. L‘ordre des naissances n’est pas certain.

Au tournant des années 1600, Théodore et Françoise perdent coup sur coup leur fils aîné Jean-Baptiste qui décède à l’âge de 20 ans, et leur dernier-né Charles, un bébé de deux ans.

Leurs filles Marie et Jeanne se marient (1) en 1601 et 1602 avec des seigneurs terriens issus des familles locales – elles doivent être jeunes, sans doute entre leurs seize et dix-huit ans.

L’un des plus jeunes fils, Geoffroy, est envoyé très jeune à Malte pour devenir moine-soldat. Il est reçu page du Grand Maître de Malte Alof de Wignacourt le 11 juillet 1603, puis deviendra quelques années plus tard chevalier de l’Ordre de Malte (« Ordre de St Jean de Jérusalem »).

Portait d'Alof de Wignacourt Grand Maître de l'Ordre de Malte avec l'un de ses pages, en 1607, peint par Le Caravage

Portait d’Alof de Wignacourt Grand Maître de l’Ordre de Malte avec l’un de ses pages, en 1607, peint par Le Caravage

Originaire des Flandres, Wignacourt avait été élu Grand Maître en 1601 et le restera jusqu’à sa mort en 1622. C’est lui qui accueille Le Caravage à Malte en 1607 jusqu’à son arrestation et son l’expulsion de l’Ordre en 1608 (2), ce qui nous vaut un portrait exceptionnel du Grand Maître peint par Le Caravage, où il figure avec un de ses pages. Ce dernier pourrait même en toute vraisemblance être Geoffroy car les dates concordent (3) – mais nous n’en avons aucune preuve ; cela nous permet néanmoins de nous faire une bonne idée de l’aspect et de la vie de Geoffroy des Ligneris.

Geoffroy a vécu en 1614 la dernière tentative des Ottomans pour conquérir Malte. Six mille soldats turcs ont débarqué dans la baie de Marsaskala et attaqué le village de Żejtun. La troupe de l’Ordre aidée de civils maltais a réussi à contenir les Turcs qui ont dû se retirer.

L’armure de parade d’Alof de Wignacourt est aujourd’hui l’un des trésors du palais des Grands Maîtres à La Valette.

Revenons à Théodore des Ligneris qui reçoit à Courville le 11 septembre 1614 le jeune roi Louis XIII et sa mère Marie de Médicis. De retour d’un voyage en Bretagne, le monarque et sa suite passent la nuit au château.

A cette époque, le jeune roi a treize ans. Il en avait neuf lorsque son père adoré a été assassiné. Depuis, il est rabaissé et humilié en permanence par sa mère, peu pressée qu’il assume sa couronne. Ses confesseurs très catholiques l’obligent à dévoiler les moindres de ses pensées intimes, et le mettent en garde contre le péché de chair et les femmes, dans ce que nous appellerions aujourd’hui un véritable lavage de cerveau. Il devient taciturne et renfermé.

La Régence qu’exerce sa mère est une catastrophe. D’une intelligence très moyenne, elle a écarté les anciens ministres de son époux et s’est entourée d’intrigants et de parvenus, pour ne s’occuper que de bijoux et d’astrologie. Elle dilapide le trésor qu’Henri IV avait patiemment amassé pour préparer le futur du royaume. Marie de Médicis a délégué toutes les affaires à l’une des femmes de sa suite, élevée avec elle en Italie, Léonora Dori dite la Galigaï, et à son mari Concino Concini. Les anoblissements et les postes se négocient au Louvre dans les appartements mêmes de la Galigaï, qu’elle ne quitte jamais, où s’entassent des monceaux d’or. Pendant ce temps, Concini tient en respect les grandes familles, fort de sa légitimité de maréchal et amiral (bien qu’il n’ait jamais combattu ni commandé de navire fût-ce une barque) et grâce à l’ascendant de sa femme sur le faible esprit de la reine-mère.

En 1615, Théodore et Françoise des Ligneris ont le chagrin de perdre de nouveau l’un de leurs enfants : Angélique décède au château de Sours, domaine de son mari Nicolas de Dangeul, seigneur de Sours et d’Arboulin, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi (4). Le jeune couple n’avait pas encore d’enfant.

Puis, le 3 novembre de la même année, Françoise, la femme de Théodore décède à Courville. A 63 ans, c’est probablement un tournant dans la vie de Théodore, qui va dès lors laisser ses fils prendre en charge leurs parts des domaines familiaux. D’autant plus que juridiquement les terres de sa femme (donc en particulier la baronnie de Courville) ne lui appartiennent pas. Si les rôles respectifs des hommes et des femmes dans la société sont très marqués, il n’y a pas de « tutelle » des premiers sur les secondes pour ce qui concerne leurs biens propres. Même après le mariage, les épouses restent seules propriétaires des biens qu’elles ont amenés, qui passent ensuite en héritage directement à leurs enfants. La société de l’époque garantit très fermement ces droits aux femmes.

En ce même mois de novembre 1615, Louis XIII épouse Anne d’Autriche, bien qu’ils n’aient que quatorze ans l’un et l’autre. Anne est la fille aînée du roi d’Espagne Philippe III de Habsbourg et de Marguerite d’Autriche. C’est une espagnole, bien que son nom fasse référence à l’Autriche, région d’origine de sa famille. La nuit de noces se passe très mal, le mariage n’est pas consommé. A force de conditionnement par ses confesseurs, Louis XIII répugne à se rapprocher de sa femme, il n’éprouve que de l’aversion pour elle. Il faudra attendre quatre ans qu’il daigne partager son lit. Malgré cela, son mariage demeurera longtemps stérile.

En 1616, Louis des Ligneris épouse Anne de Fromentières, et son frère Jacques : Lucrèce de Fromentières sœur d’Anne. Leur père est Joachim, seigneur de Montigny-en-Dunois (5). Théodore et Joachim devaient bien s’entendre, car cette double alliance signifie qu’une part significative des terres de ce dernier partent en dot chez les fils aînés de Théodore.

Le 1er février 1617, à la suite de la mort de leur mère a lieu le premier partage entre les trois fils: Louis, Jacques et Albert. Louis reçoit la majeure partie de la baronnie de Courville. Son père Théodore s’est en effet retiré à Fontaine-la-Guyon (6). Mais pour ne pas léser ses fils, il a séparé de la baronnie de Courville les châtellenies de Chuisnes et Fontaine-la-Guyon afin qu’elles reviennent à Jacques. Albert recevra quant à lui les châtellenies de Saint-Jean-de-la-Forêt et Beauvais-en-Gâtine. Geoffroy ne fait pas partie du partage, car en sa qualité de moine-soldat il ne peut pas posséder de terres (ni se marier). Par contre, à titre de compensation, il reçoit une rente (7).

Peu de temps après en avril 1617, un coup de tonnerre éclate à la tête du royaume : Louis XIII réalise son propre coup d’état. Âgé de seulement seize ans, il a organisé avec un groupe restreint d’une dizaine de fidèles l’assassinat de Concini dans une embuscade. En reprenant la main, il fait exécuter la Galigaï et exile sa mère. Il prend enfin sa place de roi.

Plus proche de nous, les benjamines de Théodore des Ligneris, Jacqueline et Lucrèce, se marient (8), probablement au tournant des années 1620, toujours avec des seigneurs des environs. Le maillage des alliances se fait à l’échelon local.

En 1623 naît Renée (9), fille de Louis, qui sera suivie d’Anne (10). Quelques années auparavant Louis avait eu un fils, mais il était mort à l’âge de deux ans. Jacques (11) a également deux filles : Marie (12) et Anne. Albert n’est pas marié.

A ce stade, Théodore n’a aucun petit-fils. Une fois encore, malgré six fils, la survie de la lignée est en jeu…

 

(1) Marie des Ligneris épouse en 1601 Lancelot de Kaerbout seigneur de Gémassé ; elle emmène en dot les terres d’Ormoy. Jeanne se marie en 1602 à François de Fontenay, seigneur de la Fresnaye et de Saint Germain de la Coudre, enseigne des gendarmes du maréchal de Lavardin. Sa dot est constituée par le château et les terres de Saint-Hilaire-des-Noyers. Albert fut un temps le co-seigneur de Saint Hilaire des Noyers avec son frère Jacques et son beau-frère Lancelot de Kaerbout qui en avait hérité, puis l’abandonna à Jeanne et à son mari (quittances des 17 novembre 1622 et 7 janvier 1623 données par Jeanne de Ligneris à ses frère et beau-frère). Jeanne devient veuve en 1620 et vend alors St Hilaire à Louis Petigars de la Guériniére le 31 octobre 1622 moyennant 21 000 Livres tournois. Source : http://www.saint-hilaire-des-noyers.org/id11.html

(2) Les informations sur Wignacourt sont issues de Wikipedia.

(3) Geoffroy est arrivé en 1603, probablement avant 10 ans ; or sur le tableau peint en 1607 ou 1608 figure un page de 12 à 14 ans. Le Grand Maître avait probablement plusieurs pages, mais l’hypothèse reste vraisemblable.

(4) Voir Société archéologique d’Eure-et-Loir, Chartres, Mémoires (Volume 7-8)

(5) Incidemment, on remarquera que la famille de Fromentières, originaire de Bretagne et du Maine, a comme alliances « du Bellay, de Ronsard, de Maillé, de Ligneris, du Theil de Samoy ». Voilà un autre lien avec la Brigade de Ronsard, que nous avions rencontrée précédemment avec Claude des Ligneris, qui en fut l’un des membres de la première heure, en 1551.

(6) Il a négocié la jouissance de Fontaine-la-Guyon avec Charlotte de Saint-Simon, veuve d’Adrien de Gallot.

(7) Archives Départementales de Chartres, document E2430 : Geoffroy donne quittance de la pension de 400 livres qui lui est due (vers 1620).

(8) Jacqueline des Ligneris épouse Jacques Charpin, seigneur du Gineprès, tandis que Lucrèce des Ligneris est mariée à Joachim de la Cigoigne, seigneur du Bois du Maine.

(9) Renée des Ligneris épousera Charles de Fresnois.

(10) Anne des Ligneris sera la femme de René de Douhaut, seigneur du Bois du Maine.

(11) Jacques des Ligneris est cité dans un bail de 1628 pour le droit de percevoir les cens et rentes sur les maisons et terres dépendantes de la seigneurie de Luy, paroisse de Villebon. Archives Départementales de Chartres, document E2651, signé de la main de Jacques.

(12) Marie des Ligneris épousera Charles de Molitard, seigneur de Durbois, en 1637. Le contrat de mariage figure aux Archives Départementales de Chartres, document E3396.

 

Théodore (5ème partie)

1591 : Henri IV a conquis la ville de Chartres au terme d’un siège de plusieurs mois. La Ligue est défaite localement, ses leaders exilés. Théodore des Ligneris n’en fait pas partie, car il avait opté à temps pour le parti du roi – même si ce choix est peut-être issu de son opposition personnelle au seigneur de Réclainville, qui dirigeait la Ligue chartraine. On se rappelle d’ailleurs que Théodore l’avait mené à sa perte en soulevant la population contre lui.

Au niveau national, la Ligue oppose une résistance acharnée. Bien qu’écrasée à la bataille d’Ivry (1) le 14 mars 1590, éprouvée par deux sièges successifs de la capitale, elle ne désarme pas. Les membres les plus extrêmes de la Ligue font même régner la terreur à Paris. Tout en organisant de spectaculaires processions de religieux armés et de milliers d’enfants, elle met en prison les hommes réputés royalistes, appelés « politiques ». Sous l’autorité des Seize, la terreur exercée par la Ligue parisienne atteindra son point culminant en 1591 par l’exécution du président du Parlement de Paris, Brisson, pourtant ligueur. Henri IV et ses troupes tentent de prendre Paris, notamment par la ruse, lors de la Journée des farines, mais échouent dans cette tentative. (2)

Procession armée de la Ligue en 1590 (Musée Carnavalet)

Procession armée de la Ligue en 1590 (Musée Carnavalet)

La Ligue connaît une fracture quand le duc de Mayenne rentre à Paris pour punir les extrémistes qui ont décidé la mort de Brisson. Finalement, les excès de la Ligue, son penchant pour un prince étranger, son financement espagnol, sa remise en cause de la monarchie, détachent d’elle progressivement, à partir de 1591, les royalistes, puis les villes les unes après les autres. Cependant, elle ne désarme vraiment qu’au moment où Henri IV abjure sa foi protestante en faveur du catholicisme. Il est sacré roi à Chartres le 27 février 1594 et entre dans Paris quelques mois plus tard.

La chute de Paris marque pour la Ligue le commencement de la fin. La victoire de Fontaine-Française, en Bourgogne, le 5 juin 1595 sur les derniers Ligueurs (menés par le duc de Mayenne, et épaulés par les Espagnols), la met en déroute. À la paix de Vervins, les Espagnols abandonnent les dernières places qu’ils tiennent en France. La fin définitive de la Ligue a lieu après la soumission du duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne.

Henri IV met fin aux guerres de religion par l’Edit de Nantes et le traité de Vervins, en 1598. Grand roi parmi ceux que la France a compté, il a réussi à apaiser les tensions, maintenir le pouvoir central, et mettre fin à la guerre civile. Cependant il ne faut pas se méprendre : lorsqu’il sera assassiné en 1610, la moitié de la population française le soutenait, mais l’autre moitié le détestait.

Revenons à Chartres, où à partir de 1591 la situation commence à sa stabiliser progressivement. Cette année-là, le baron de Courville est élevé au rang de Chevalier de l’Ordre de Saint-Michel.

Théodore des Ligneris a déjà plusieurs enfants de sa femme Françoise de Billy. D’abord Jean-Baptiste, dont nous ne connaissons pas la date de naissance, mais qui est venu au monde sans doute dans les premières années suivant le mariage, c’est-à-dire vers 1578-1580. Il faut bien se rendre compte que jusqu’en 1584 Théodore ne devait pas être souvent auprès de sa femme ; il partait de longs mois, voire même plus d’une année, avec le prince François de Valois, notamment en Flandres et dans les Provinces des Pays-Bas. Les naissances des nombreux enfants de Théodore et sa femme vont ainsi s’étaler sur les années 80 puis 90 : après Jean-Baptiste vinrent Louis, Jacques, Geoffroy, Albert, Jeanne, Marie, Angélique, Jacqueline, Lucrèce, et enfin Charles. Soit 11 enfants.

Nous ne connaissons pas les dates de naissances, mais l’un des fils est né en 1582 : « le 22 mai, en l’église Saint Nicolas de Courville, un des fils de haut et puissant seigneur Messire Théodore Desligneries, marié à Dame N… baronne de Courville, est baptisé. » (3)

Lorsqu’elle sera assiégée dans son château de Courville à la fin des années 80, Françoise est une jeune mère de famille qui n’a pas trente ans, entourée de plusieurs enfants de moins de dix ans, certains en bas âge. Elle devra rapidement capituler, et ne sera libérée que sur paiement d’une rançon (comme son mari qui a subi le même sort en défendant Verneuil). On peut imaginer que l’épisode est traumatisant pour toute la famille.

A une date que l’on ne connaît pas précisément, mais qui se situe probablement vers les années 90-95, Théodore des Ligneris devient chambellan du comte de Soissons, charge qu’il conservera jusqu’en 1607. C’est un poste prestigieux, qui correspond à celui de secrétaire général dans la gestion des affaires de l’un des plus importants princes du règne d’Henri IV.

Charles de Bourbon, comte de Soissons

Charles de Bourbon, comte de Soissons

En effet, Charles de Bourbon comte de Soissons et de Dreux, né en 1566 à Nogent-le-Rotrou près de Chartres (donc de 13 ans plus jeune que Théodore), est un fils de Louis de Bourbon, prince de Condé ; et le demi-frère du prince de Condé qui sera le chef des protestants. Prince catholique élevé à la cour de France, il se joignit d’abord à la Ligue pendant les Guerres de Religion. Désenchanté, il fut gagné par Henri de Navarre à la cause anti-Guise et quitta la cour pour combattre à ses côtés. Théodore a pu le côtoyer dès 1588 aux États généraux de Blois, auxquels ils participèrent tous deux.

Fait prisonnier lors d’une bataille, Charles de Bourbon fut détenu au château de Nantes, d’où il s’évada pour rejoindre l’armée du roi à Dieppe. Après la bataille d’Ivry, il prit le commandement de la cavalerie du roi au siège de Paris en 1590, et prouva sa valeur militaire aux sièges de Chartres (1591) et de Rouen (1592). Charles de Bourbon assista au couronnement d’Henri en 1594. Il fut un collaborateur sûr d’Henri IV lors du siège de Laon (1594). Une fois la paix conclue avec l’Espagne, il prit le commandement des troupes royales dans les guerres de Savoie en 1600. En 1602 il devenait gouverneur du Dauphiné, et en 1610 gouverneur de Normandie.

Pour la petite histoire, Charles de Bourbon fut le grand amour de sa cousine Catherine de Navarre, sœur d’Henri IV. Le roi ne voulut finalement pas entendre parler d’un mariage qui n’apportait aucun avantage diplomatique. Pendant plusieurs années, Charles et Catherine tentèrent vainement de fléchir Henri IV, et Catherine de son côté refusa tous les autres prétendants. Finalement, elle dut céder aux ordres de son frère en épousant le fils aîné du duc de Lorraine, Henri duc de Bar.

Revenons à Théodore, qui en cette toute fin du XVIème siècle, est durement éprouvé par les décès successifs de son fils aîné Jean-Baptiste, survenu à l’âge de 20 ans, et de son dernier fils Charles, qui n’a pas 2 ans.

Lorsqu’il quitte son poste de chambellan du comte de Soissons, Théodore a 54 ans. Pour l’époque, il est déjà un vieil homme. Mais il continue de gérer sa famille (tous ses enfants ne sont pas encore majeurs), ses domaines, et … ses procès. En effet, tout au long de sa vie, on le retrouve en litige contre d’innombrables personnes ou institutions.

Entre nous, Théodore devait avoir un caractère difficile. Orphelin très tôt, il a dû apprendre à se débrouiller seul. A-t-il trouvé de l’affection maternelle auprès des femmes qui s’occupaient de lui à la Cour de Navarre, lorsqu’il est arrivé à l’âge de cinq ans ? Maltraité à neuf ans lors de son arrestation à Loches (torturé ?), puis confié à l’entourage de François de Valois, il a bien été obligé de devenir autonome très tôt, et de se forger un caractère. Dès l’âge de quinze ans il occupait une fonction qui lui conférait un revenu, mais il devait faire face seul à ses obligations. Puis très vite il s’est retrouvé sur les champs de bataille, a dû affronter la peur et la mort, et toujours ne compter que sur lui-même pour s’en sortir.

Alors il n’hésite pas à utiliser l’institution judiciaire dès qu’il pense que ses intérêts sont lésés (ou peut-être pour forcer la main?). Il avait ainsi intenté en 1594 un procès (4) contre N. de Nicolaï, à propos des terres de la Varrie (5).

En 1602 un différend foncier l’oppose aux religieux de Saint-Père, abbaye de Chartres. On oublie souvent que les ordres religieux étaient en effet de très grands propriétaires terriens, et des seigneurs temporels au même titre que la noblesse, et ce depuis le Haut Moyen Age ; dans les années 700 à 1000 les évêques étaient même des guerriers, qui se battaient à la tête de leurs armées, tout autant que des administrateurs de villes et de domaines. Bref, Théodore conteste aux religieux de Saint Père la jouissance d’une terre. Très au fait des arcanes juridiques, il enregistre contre eux des lettres de committimus. Ces dernières constituaient un privilège d’exception dans les procédures judiciaires, qui n’était accessible qu’aux princes, aux grands officiers du royaume (le président du parlement par exemple) et aux chevaliers de l’ordre de Saint Michel. C’est à ce titre que Théodore en bénéficie. Obtenues uniquement auprès du chambellan du Roi, ces lettres permettaient de signifier que son affaire judiciaire ne pouvait pas être instruite par le tribunal ordinaire mais devant une juridiction spéciale constituée à Paris.

Théodore des Ligneris intente un autre procès, en 1611, contre Lancelot de Barrat, seigneur de Brunelles, pour les successions des seigneuries de Courville et de Brunelles. (6)

Pour des raisons que l’on ignore, il ira jusqu’à déshériter ses trois fils Louis, Jacques et Albert, entre 1616 et 1621. (7)

Lorsque son fils Louis et sa belle-fille Anne entament en 1630 un procès de séparation de corps et de biens, il s’élèvera contre la nomination du tuteur de leurs enfants, par un acte juridique signé de sa main que possèdent toujours les Archives départementales de l’Eure-et-Loir. (8)

Par ailleurs, au-delà des querelles judiciarisées, Théodore gère ses domaines et surtout les droits qui y sont associés. Ces derniers génèrent en effet des revenus, que ce soit pour l’exploitation du bois des forêts ou encore le droit d’utiliser les moulins. Il effectue également de nombreux mouvements de propriété dans les terres familiales.

Avec Jeanne de Billy, Théodore vend la seigneurie de la Salle de Morancez à René le Beau, seigneur de Sauzelles.

Avant 1594, il avait vendu à Jacques de Mondreville la seigneurie de Villette les Bois, située dans le fief d’Amboy à Villette. Pour autant le fief dépendra toujours de Théodore, ainsi Jacques de Mondreville lui fait-il aveu de « foi et hommage » en 1594. (9)

Il passe un accord (10) avec Charlotte de Saint-Simon, veuve d’Adrien de Gallot, pour la jouissance de la seigneurie de Fontaine-la-Guyon (avant 1602) ; ainsi qu’avec le Chapitre de Chartres (c’est-à-dire les chanoines de la Cathédrale de Chartres) « pour la divise et séparation de leurs censives et seigneuries » (11), entre 1610 et 1620.

Il vend (12) encore une métairie, vers 1621 ; et réalise une transaction (13) avec le Chapitre pour le droit de moulin banal sur ses terres de Fontaine-la-Guyon.

Théodore réussira avec son second fils Louis un coup d’éclat médiatique en recevant à Courville le 11 septembre 1614 le jeune roi Louis XIII et sa mère Marie de Médicis. De retour d’un voyage en Bretagne, le monarque et sa suite passeront la nuit au château.

Théodore rédige sont testament le 23 avril 1626. Il s’éteint à Fontaine-la-Guyon en 1634, à l’âge très respectable de 81 ans. Lui qui, dès l’adolescence, était devenu l’unique représentant masculin de la famille, a redonné un espoir de continuité en ayant six fils. Mais comme nous le verrons plus tard, un seul d’entre eux a continué la famille. On ne peut plus parler de clan comme au début du XVIème siècle.

La disparition de Théodore coïncide avec la fin d’une époque, celle des grands féodaux, et marque le début d’une nouvelle ère pour la famille. Que vont devenir ses enfants dans cette nouvelle société, celle du « Grand Siècle » de Louis XIII et Louis XIV ?

Pour finir, je ne résiste pas à l’envie de vous montrer cette signature tracée par Théodore lui-même en 1630, émouvante signature quelque peu malhabile d’un homme de 77 ans à la vie bien remplie.

Signature de Théodore des Ligneris en 1630

Signature de Théodore des Ligneris en 1630

(1) Le village s’appelle aujourd’hui Ivry-la-Bataille, en souvenir de cet affrontement décisif de 1590. Il est situé près de Dreux, en Eure et Loir, au nord de Chartres décidément épicentre des luttes de l’époque.

(2) Ce paragraphe et les deux suivants sont extraits de l’article de Wikipedia sur la Ligue.

(3) « Documents historiques et statistiques sur les communes du canton de Courville », tome I, par Edouard Lefèvre, paru en 1870, réédité par Le Livre d’Histoire, collection dirigée par M-G Micberth, 2005.

(4) Archives Départementales de Chartres, document B2524.

(5) Terres situées dans la paroisse de Vichères.

(6) Archives Départementales de Chartres, document B2554.

(7) Archives Départementales de Chartres, document G251.

(8) Archives Départementales de Chartres, document E2432, signé de la main de Théodore.

(9) Archives Départementales de Chartres, document E3936.

(10) Archives Départementales de Chartres, document E2428.

(11) Archives Départementales de Chartres, document E2429.

(12) Archives Départementales de Chartres, document E2430.

(13) Archives Départementales de Chartres, document G253.