Jean-Baptiste-Claude dans la tourmente révolutionnaire

1788. Caché dans l’ombre de la forêt, Jean-Baptiste-Claude des Ligneris écarte le feuillage pour apercevoir au loin l’entrée de son château. Sa femme Catherine est là, devant l’élégant bâtiment en briques, avec leurs jeunes fils Anne-Louis et Augustin. Il savoure ce moment de grâce et de tranquillité, tandis que tout autour d’eux, il le sait, la révolte gronde.

Château de Méréglise (Eure-et-Loir)

Château de Méréglise (Eure-et-Loir)

La France connaît en effet depuis plusieurs décennies une grave crise structurelle économique et sociale, tandis que l’Etat monarchique mène « une politique financière désespérée qui était parvenue au seuil de la rupture » (1). La convocation des Etats Généraux de 1789 provoque un immense espoir de réformes : « cette rupture, la lecture des cahiers de doléances montre que personne ne la souhaite, au moins ouvertement. Les revendications formulées [en février 1789] appellent uniquement des réformes profondes mais nullement une révolution ». (1)

Ordonnées par le roi au début de l’année 1789, des assemblées provinciales doivent se rassembler pour rédiger « un cahier de plaintes, doléances et remontrances […] à Sa Majesté, et présenter les moyens de pourvoir et subvenir aux besoins de l’Etat » (2). Ces assemblées ont également pour tâche d’élire leurs députés aux Etats Généraux. Elles se réunissent très rapidement, dès le mois de mars, malgré les difficultés pratiques et administratives. Le cadre électif retenu était celui du baillage, une circonscription judiciaire aux contours assez imprécis (3).

Après la rédaction des cahiers dans chaque paroisse, les 600 délégués des villages du baillage se sont réunis en pré-assemblée le 2 mars à Chartres, pour en désigner 200 parmi eux qui représenteront le Tiers Etat à l’assemblée officielle. Les membres du clergé et de la noblesse (respectivement le premier et le second Ordre) sont quant à eux convoqués par huissier pour comparaître à Chartres le 16 mars à cette assemblée. Jean-Baptiste-Claude compte parmi eux.

Après une prestation de serment, les travaux de chacun des Ordres se tiennent dans des salles séparées de l’église des Cordeliers (4). L’idée d’un cahier de doléances commun est avancée par la noblesse, qui propose même « de renoncer à toutes distinctions d’impôts qui tendent à séparer les Ordres ». Mais la proposition se heurte à la mauvaise volonté d’abord, puis à la farouche opposition du clergé – le Chapitre notamment adopte des positions très conservatrices. De plus, d’autres sujets sur la propriété et les droits seigneuriaux tendent les relations entre la noblesse et le Tiers. Chaque Ordre va donc rédiger son cahier de propositions séparément. Le 20 mars, les travaux sont clos et l’on procède à l’élection des quatre députés qui iront siéger à Paris. Le contenu des cahiers du Tiers-Etat (qui représente 98% de la population) montre une très forte appétence pour un changement profond de la société, sur tous les plans.

Le 23 juillet 1789, par répercussion des événements parisiens, des centaines d’hommes et de femmes se réunissent en centre-ville de Chartres et saccagent les bureaux du fisc. La garde nationale, tout récemment constituée, rétablit l’ordre en tirant dans la foule (huit morts).

En février 1790, Jean-Baptiste-Claude réside toujours à Méréglise (5). Il a choisi de rester, alors que dès le lendemain de la prise de la Bastille le comte d’Artois (futur Charles X) et des grands seigneurs de la Cour avaient fui vers Turin. Les officiers de l’armée et de la marine ainsi que les prêtres refusant la constitution civile du clergé partent à partir de juillet 1790. Le comte de Provence (futur Louis XVIII) ne quitte la France qu’au soir du 20 juin 1791 – la même nuit que son frère Louis XVI qui se fera arrêter à Varennes – mais il emprunte une route plus directe vers les Pays-Bas autrichiens.

Le 4 juillet 1792, Jean-Baptiste-Claude des Ligneris s’est fait remplacer pour ne pas partir faire la guerre en tant que « volontaire national réquisitionné ». (5)

Mais le 29 juillet il quitte Méréglise pour Paris. Sans doute l’insécurité croissante des campagnes l’inquiète-t-elle. Sa femme Catherine, qui a grandi dans la capitale, a peut-être aussi insisté pour rejoindre sa famille. Le couple et ses enfants résident alors place Royale au n°17 (aujourd’hui place des Vosges).

Ce choix n’était pas tout-à-fait pertinent. La capitale, très agitée, vit dans un climat d’insurrection ouverte. Le 10 août, le palais des Tuileries où réside le roi est attaqué, les gardes Suisses massacrés. C’est la fin de la monarchie constitutionnelle.

S’ensuivent les Massacres de Septembre, où sur fond de rumeurs et de panique, 1300 personnes sont arrêtées à Paris et tuées dans les prisons par la foule.

Si le 8 juillet 1792 Jean-Baptiste-Claude était toujours désigné dans les registres paroissiaux comme « marquis des Ligneris, ci-devant seigneur », le 11 octobre de la même année lorsqu’il doit faire établir un « certificat de présence » à Paris, il est devenu « citoyen, sans profession » (6).

Ce certificat de présence a par ailleurs l’avantage exceptionnel de nous donner une description physique de Jean-Baptiste-Claude : « de taille cinq pieds un pouce (environ 1m65), cheveux et sourcils châtains, yeux bleus, le nez long, la bouche moyenne, menton rond, front haut, le visage ovale ».

Jean-Baptiste-Claude est âgé de 50 ans. Il doit faire un choix drastique : rester en France en risquant quotidiennement sa vie, celle de sa femme et de ses fils adolescents, ou partir à l’étranger, sans argent, vers l’inconnu.

Nous n’avons aucune trace du choix qu’il a fait, ni aucune mémoire familiale de cette époque troublée – comme s’il avait fallu ensuite l’oublier pour la nier. Mais on peut penser qu’il n’aurait pas survécu s’il était resté à Paris, sous le régime de la Terreur, alors que les arrestations arbitraires et exécutions sommaires se multiplient en faisant des milliers de victimes.

Il est peut-être parti vers l’Angleterre, la Suisse, l’Allemagne ou l’Italie. Quant à sa sœur, la marquise de Courtavel, nous ne savons pas ce qu’elle est devenue. Jean-Baptiste-Claude, Catherine, Anne-Louis et Augustin des Ligneris vont néanmoins passer cette période difficile, survivre… et revenir.

 

(1) Eure-et-Loir, Préparation des Etats Généraux de 1789, par Roger Joly, 1989, édité par la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, p 19.

(2) Extrait de l’ « Ordonnance du Lieutenant-Général aux baillage et siège présidial de Chartres pour l’exécution des lettres de convocation des Etats-Généraux et réglement y annexé », 13 février 1789.

(3) Cartographie du baillage de ChartresEure-et-Loir, Préparation des Etats Généraux de 1789, par Roger Joly, 1989, édité par la Société Archéologique d’Eure-et-Loir.

(4) église aujourd’hui disparue.

(5) Source : registre paroissial de Méréglise, pages du 7 février 1790 et 4 juillet 1792.

(6) Registres paroissiaux de Méréglise, que j’ai consultés personnellement au début des années 90 en mairie ; dans lesquels figurait le certificat de présence, dont j’ai gardé une photocopie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s